Review – Happy-Go-Lucky Days par Prince7

Catégories :

Synopsis : « Deux femmes se rencontrent au mariage d’une amie commune, un jeune professeur est troublé par une déclaration d’amour inattendue, un garçon vit ses premiers émois en partageant sa chambre avec sa cousine… Happy Go-Lucky Days est une série de courts récits mettant en scène des personnages ordinaires, parfois excentriques, mais racontés avec une remarquable sensibilité. »

Staff :

  • Réalisation : Takuya Sato
  • Character Design : Haruka Sagawa
  • Directeur artistique : Yukihiro Saito
  • Directeur de la photo : Junpei Takatsu
  • Montage : Mai Hasegawa
  • Script : Yasunori Ide, Takuya Sato et Yoriko Tomita
  • Œuvre originale : Takako Shimura
  • Studio d’animation : Liden Films Kyoto Studio
  • Durée du film : 54 minutes
  • Prix de vente éditeur : 24,99€
  • Disponibilité : 21 septembre 2021

Edition combo DVD/Blu-ray

Qualité technique :

Happy-Go-Lucky Days n’est pas un film très exigent visuellement, le blu-ray de Kazé s’en sort donc très bien sur la majorité du métrage.

Cependant malgré un débit moyen de 30Mbps (très exactement comme pour les précédentes sorties de l’éditeur), les quelques scènes plus intenses ou présentant d’importants dégradés de couleurs présentent des problèmes.

Du colorbanding est présent sur ces scènes ainsi qu’une pixélisation sur le grain numériques de quelques plans.

C’est notamment le cas des quelques fondus au noir où le colorbanding est très visible lors de ces transitions.

Je n’ai pas pu obtenir d’images du blu-ray japonais et ne peut donc pas comparer notre édition avec celle-ci.

Le master utilisé semble provenir de l’éditeur américain Sentai étant donné que le générique de fin est traduit en anglais.

Les défauts présents sur notre édition peuvent donc provenir de l’implication de cet éditeur qui n’a pas la meilleure réputation sur le marché.

Quoi qu’il en soit, malgré quelques scènes où la qualité vidéo est en retrait, c’est une présentation visuelle acceptable, bien que je sois toujours déçu du manque d’optimisation du compresseur H.264 utilisé par Kazé.

Le débit vidéo aurait en effet pu être encore augmenté car seulement 14Go sont occupés sur ce BD25 étant donné la nature courte du métrage et l’absence de bonus (voir la partie Edition).

C’est donc très regardable mais un peu décevant au vu du prix auquel cette édition est proposée.

Captures d’écrans du blu-ray : https://imgur.com/a/U3Xdi9y

Mediainfo du blu-ray : https://pastebin.com/BB1xB6nZ

Qualité sonore :

Une piste VO en DTS-HD MA 5.1 48kHz 24bits pour ce blu-ray.

Rien à redire sur ce point, la piste audio est présentée dans un format sans pertes et est de bonne qualité.

Ce n’est pas un film qui va exiger beaucoup de votre matériel audio mais sa présentation calme est efficace et pertinente pour un film aussi intime.

Edition :

Kazé a fait le choix de ne sortir ce film qu’en combo DVD/Blu-ray, choix qui peut se comprendre car c’est un titre de niche, nous avons donc un digistack dans un fourreau cartonné.

Je ne comprends pas le choix d’utiliser un digistack au lieu d’un digipack comme c’était le cas sur Silent Voice, étant donné qu’il n’y a que deux disques dans le coffret.

C’est moins pratique pour récupérer les disques qu’un digipack ou même tout simplement un boitier amaray qui aurait été suffisant pour ce film vu qu’il n’y a aucun bonus physique dans ce coffret (bien que je préfère l’aspect esthétique d’un digipack).

Les visuels utilisés sont assez jolis et le fourreau est de bonne qualité bien qu’il reste un fourreau.

C’est un coffret assez agréable bien que Kazé puisse encore améliorer son packaging.

La musique du générique de fin est traduite ainsi que la bande annonce inclue comme unique bonus de cette édition.

Il est d’ailleurs dommage que les 55 minutes d’interviews présentes sur le blu-ray JP ne soient pas disponibles ici.

J’ai contacté Kazé à ce propos et on m’a répondu que la demande d’obtention de ces intereviews a été rejetée, on ne peut donc pas en vouloir à Kazé de ne pas inclure ces bonus si l’ayant droit refuse de les fournir.

Je trouve personnellement que le prix éditeur de ce moyen-métrage est assez élevé pour le peu de contenu proposé et donc que la non-obtention des bonus aurait dû être compensée par un prix plus bas, mais ce n’est que mon avis.

Photos du coffret : https://imgur.com/a/2pOBalj

Avis sur l’œuvre :

Happy-Go-Lucky Days est une anthologie de 4 courtes histoires sur différentes formes d’amour et de sexualités. Des sujets tabous sont abordés qui pourront déranger certains spectateurs mais le film fait tout de même attention à rester sobre plutôt qu’être trop explicite dans ce qui est montré. En d’autres termes, je pense le propos du film abordé de manière sensible et touchante bien qu’il présente des défauts. En effet 54 minutes, génériques inclus, ça fait peu pour raconter 4 histoires, les deux premières peuvent donc paraitre assez « en surface » tandis que les deux dernières sont plus développées car elles partagent les mêmes personnages entre elles.

Comme vous l’aurez compris, ce film ne s’adresse pas à tout le monde dû à son sujet, mais ceux en quête de douceur sur le quotidien amoureux au japon y trouveront leur compte et je peux leur recommander de s’y essayer. J’ai apprécié ce film qui, bien qu’il ne soit pas excellent non plus, est agréable à voir et le sera surement aussi à revisiter de temps à autre.

Conclusion : Malgré que j’apprécie ce film, je me dois d’être honnête, l’édition que propose Kazé ici n’est pas parfaite malgré son tarif élevé. A l’heure où j’écris ces lignes, Anime-Store propose le film au prix plus attirant de 20€, mais je peux difficilement recommander l’achat au prix éditeur de 25€.

Je peux cependant conseiller l’achat de ce dernier pour les intéressés du genre et surtout si une baisse de prix se présente. C’est un film agréable en fonction de la tolérance de chacun à certains sujets tabous et je suis content de le voir sortir en blu-ray.

Achat recommandé pour les intéressés ou attendre une baisse de prix.

Aucune réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.