Review – Violet Evergarden Le Film 4K par Prince7 – “Attention, voir préface”

Catégories :

Préface : il existe un problème de lecteur du disque 4K. L’éditeur Eurozoom est en train avec son partenaire technique d’évaluer la situation. Veuillez contacter l’éditeur par mail : video@eurozoom.fr

Staff :

  • Réalisation et storyboard : Taichi Ishidate
  • Character design : Akiko Takase
  • Directrice artistique : Mikiko Watanabe
  • Directeur de la photo : Kohei Funamoto
  • Montage : Kengo Shigemura
  • Directeur du son : Yuta Tsuruoka
  • Musique : Evan Call
  • Directrice en chef de l’animation : Akiko Takase
  • Histoire originale : Kana Akatsuki
  • Studio d’animation : Kyoto Animation

Caractéristiques :

  • Durée du film : 140 minutes
  • Disponibilité : 6 juillet 2022
  • Prix de vente éditeur : 49,99€
  • Edition collector limité UHD / Blu-ray / DVD


A propos de la 4K 

Le changement de résolution n’est pas la seule différence entre un blu-ray et un blu-ray 4K.

L’un des plus grands atouts du support est le HDR qui permet des couleurs plus riches, moins assujettis au colorbanding et une image plus lumineuse qu’en SDR.

En SDR, sur un écran correctement calibré, une œuvre est étalonnée avec des pics de luminosité atteignant 100 nits maximum (un nit équivaut à une candela par mètre carré) alors qu’en HDR cette limite peut être dépassée.

Sur un écran correctement calibré, un contenu SDR ne sera donc pas très lumineux, un pic à 100 nits étant pensé pour un visionnage dans le noir ou a lumière tamisée.

Les contenus HDR sont généralement étalonnés avec des pics de luminosité atteignant 1000 nits, ce qui est extrêmement lumineux et tous les téléviseurs ne sont pas capable d’atteindre cette valeur (en particulier les téléviseurs OLED actuels atteignant en général plutôt 700 nits).

Il faut cependant bien garder en tête que le HDR reste avant tout un outil et non une nécessité.

Rien n’oblige un créateur à atteindre des valeurs extrêmes de luminosité si son film ne s’y prête pas.

De nombreux disques 4K restent dans des valeurs proches du SDR et ne dépassent les 100 nits que rarement voire pas du tout.

Tout dépend de l’intention artistique, ce qui est important de préciser car toutes les œuvres ne se prêtent pas à un étalonnage aussi lumineux.


Qualité technique du blu-ray 

Le film étant produit en 1080p SDR puis converti en UHD HDR, le blu-ray est la version d’origine du film et mérite donc qu’on s’y attarde en premier.

L’encodage du blu-ray d’Eurozoom est très convaincant, ne présentant que très rarement du colorbanding sur les 2h20 du métrage, grâce à la présence d’un dithering.

Celui-ci peut être assez prononcé durant les scènes sombres sans pour autant être dérangeant, bien que sur un écran OLED il soit visible et présente donc un petit fourmillement durant ces passages.

L’encodage est en tous cas presque irréprochable et proche du blu-ray japonais grâce notamment au codec x264 qui montre encore une fois sa performance dans le domaine de l’animation et le respect du dithering.

Une différence notable avec le blu-ray japonais est l’utilisation d’un master ciné plutôt que le master blu-ray.

Cela se traduit par une cadence de 24ips au lieu de 23.976ips, un cadrage légèrement différent et quelques corrections visuelles (voir les comparatifs 2, 5 et 6 entre BDFR / BDJP).

Ces retouches visuelles sont cependant rares et difficiles à remarquer à moins d’avoir un comparatif sous les yeux (ce n’est pas comme un master TV où les différences seront bien plus visibles).

C’est en tous cas un blu-ray de très bonne facture que nous livre ici Eurozoom et qui devrait ravir ceux qui ne possèdent pas de lecteur UHD.


Qualité technique du blu-ray UHD 

La conversion en UHD HDR du film a été effectuée par le laboratoire Q-Tec (Your Name 4K) et supervisée par le réalisateur du film qui a pu s’assurer que le résultat final serait au plus proche de son intention de départ.

Contrairement au disque UHD des Enfants du Temps, nous avons ici un UHD ayant pour objectif de sublimer et perfectionner le film plutôt que le réinventer.

L’étalonnage reste donc très proche de celui du blu-ray, ne dépassant les 100 nits que très rarement, sur des éléments de l’image bien précis, ce qui n’est pas déplaisant car adapté à l’œuvre.

Les choix effectués m’ont tous convaincu et l’étalonnage fait véritablement preuve d’une précision chirurgicale, pouvant être très sombre par moments, même sur certains plans ensoleillés on n’atteint pas toujours les 100 nits.

Ajoutez à ça une couche Dolby Vision permettant d’être le plus fidèle possible à l’image présente sur le moniteur de retour de l’étalonneur, nous avons ici la version définitive du film étant au plus proche de la vision de l’auteur et de son intention artistique.

Le passage en résolution 4K est quant à lui assez convainquant car très peu filtré.

En effet, contrairement aux Enfants du Temps qui donnait un sentiment d’artificialité par sa surutilisation de filtre de netteté, Violet Evergarden ne va pas dans l’excès et propose un gain en définition plus naturel.

Il est aussi bon de noter que le master 4K possède lui aussi les corrections d’animation effectuées pour le master blu-ray.

Le disque UHD d’Eurozoom restitue avec brio ce traitement 4K HDR, tout simplement car la piste vidéo est la même que sur le disque japonais comme en témoignent les codes MD5 des deux disques (merci à ViCklatereur pour m’avoir fourni cette information ainsi que ces deux captures le prouvant)

Quelques traces de colorbanding subsistent mais sont extrêmement rares et ne dérangent pas au visionnage du film.

Là où le dithering se faisait ressentir sur le blu-ray, il devient presque imperceptible sur le disque UHD qui gagne considérablement en finesse dans les scènes sombres (voir comparatif 14 et 23 entre BDFR / BDJP / UHD FR).

Un autre avantage de cet encodage UHD est que la majorité de l’information est située dans la couche HDR10, ce qui n’est pas toujours le cas sur les disques UHD et peut parfois créer des macroblocks en HDR10 quand une trop grande partie de l’information est stockée dans la couche Dolby Vision.

La répartition du débit entre les couches HDR sur le disque de Violet Evergarden permet d’assurer une qualité optimale pour ceux n’étant pas équipé Dolby Vision.

Le débit moyen de la couche HDR10 est de 51Mbps et celui de la Dolby Vision est de 106kbps.

Vous l’aurez compris, je considère ce disque UHD comme la version définitive du film, surpassant le blu-ray en tout point tout en restant fidèle à l’intention artistique, mais à une condition.

Car oui il a un « mais », un défaut sur ce disque UHD qui n’est pas présent sur le disque blu-ray.

Les sous titres sont en permanence plus lumineux que le film, au point d’en être aveuglant, en particulier dans les scènes sombres où ils viennent véritablement nuire au visionnage et gâcher certains passages du film.

C’est un défaut présent sur de nombreux films en HDR bien que l’on puisse paramétrer la luminosité des sous titres sur un disque UHD.

Il existe cependant une solution à cela, en effet certains lecteurs blu-ray UHD permettent de choisir la luminosité des sous titres, mais ce sont principalement les lecteurs haut de gamme qui offrent cette option et ça ne change rien au fait que les sous titres auraient dû être adaptés directement en amont.

Je note aussi que le disque peut-être assez capricieux, faisant beaucoup de bruit sur des lecteurs entrée de gamme (principalement au début du film), ce qui est moins problématique quand on monte en gamme avec des platines plus lourdes et mieux équilibrées.

Ma condition pour que le disque UHD de Violet Evergarden Le Film remplace totalement le disque blu-ray est donc d’avoir un moyen de baisser la luminosité des sous-titres.

Autrement, le blu-ray garde un avantage, mais c’est bien là selon moi le seul qu’il a, puisque le disque UHD est un quasi sans faute et une véritable claque visuelle.

C’est donc deux disques que je trouve malgré leurs défauts très satisfaisants que devraient apprécier les fans du film et les plus pointilleux en image.

Les captures d’écran suivantes issues des disques 4K ont été converties en SDR (en ciblant une pointe à 100 nits) et ne sont donc pas représentatives de l’expérience de visionnage sur un équipement HDR.

Ces captures ne sont qu’à but informatif pour se rendre compte de la différence de définition et de luminosité entre ces différentes versions.

La colorimétrie de ces images 4K n’est pas exacte à ce que l’on voit lors d’un visionnage en HDR sur un dispositif adapté.

De même, les captures d’écran des blu-rays simples ont été mises à niveau en 4K pour les besoins du comparatif BD / UHD, voilà pourquoi un comparatif entre les blu-rays seuls est inclus, sans mise à niveau des captures d’écran.

Comparatif BDFR / BDJP : https://slow.pics/c/6vNoHxi0

Comparatif BDFR / BDJP / UHDFR : https://slow.pics/c/yzXZPCOZ

Comparatif UHDFR / UHDJP : https://slow.pics/c/XMc78M1n

Mediainfo BDFR : https://pastebin.com/5NU7pfu0

Mediainfo UHDFR : https://pastebin.com/pNwpGUjw

Histogrammes UHD FR : https://imgur.com/a/Cr9IZe6

Captures d’écran supplémentaire UHD FR : https://slow.pics/c/33E3P2P8


Qualité audio

Pour le blu-ray, une piste VO en DTS-HD MA 5.1 48kHz 24bits

Pour le disque UHD, une piste VO en Dolby Atmos 48khz 24bits

Deux pistes de grande qualité, la première en 5.1 est déjà très convaincante avec une bonne spatialisation du son.

La piste Dolby Atmos est quant à elle encore un cran au-dessus avec une spatialisation accrue.

On regrettera évidemment l’absence de la VF comme pour le premier film mais en sachant les contraintes imposées par Netflix, on comprend son absence sur ce blu-ray.


Edition

L’édition UHD du film nous est présentée dans un joli coffret aux visuels et contenu identiques à l’édition japonaise, dans un fourreau en plastique transparent comme pour le premier film mais avec une texture différente de celui-ci.

Mon exemplaire était un peu abimé et il est plus difficile de sortir le coffret du fourreau que pour le premier film.

A l’arrière du coffret est collé un flyer que j’ai eu du mal à retirer car la colle utilisée est bien trop forte.

Je recommande de faire attention en l’enlevant pour ne pas arracher l’arrière du coffret avec.

A l’intérieur on retrouve les 3 disques avec chacun un visuel différent.

Une lettre écrite par Violet à l’effigie de celle du film, à la fois en Français et dans l’alphabet de la série, est inclue, c’est un joli goodies.

On retrouve aussi un livret de 48 pages bien complet en visuels et interviews qui vient pallier l’absence de bonus vidéo sur le disque.

Un poster de la magnifique affiche du film est inclus, bien que le format soit assez petit (comparé aux posters offerts par Alltheanime par exemple) et un lot de 16 cartes, toutes très jolies.

C’est un coffret complet qui justifie son achat au lieu de l’édition blu-ray simple rien que pour le livret et le disque UHD exclusif à cette édition.

La traduction sur le blu-ray et le disque UHD est celle utilisée lors de la diffusion en salles du film, qui est différente et bien supérieure à celle disponible sur Netflix qui est traduite de l’anglais.

Photos du coffret : https://imgur.com/a/wfTw32m


Avis sur l’œuvre 

Faisant suite à la série, ce film a pour but de conclure l’histoire de Violet Evergarden en anime (le light novel ayant eu droit à une suite appelée Violet Evergarden – Ever After) et il le fait avec brio.

Malgré une durée de 2h20, le temps passe à toute allure grâce à un découpage exemplaire et un rythme maitrisé.

A la fois riche de sens et d’une grande simplicité, Violet Evergarden Le Film reste accessible tout en donnant de quoi réfléchir avec des thèmes intéressants, venant approfondir ceux de la série.

C’est une excellente conclusion et un très beau film qui reste toujours aussi agréable après plusieurs visionnages.


Conclusion 

On frôle la perfection avec cette édition qui est extrêmement convaincante malgré quelques problèmes qui viennent entacher l’expérience, en particulier les sous titres trop lumineux du blu-ray UHD.

Ce coffret reste cependant un véritable coup de cœur pour ma part et je salue les équipes d’Eurozoom pour avoir pris la peine de sortir ce film en UHD et d’avoir fourni un livret bien complet avec.

Je recommande de prendre cette édition plutôt que l’édition blu-ray simple pour avoir le disque UHD qui fait une réelle différence selon moi ainsi que tous les suppléments physiques exclusifs à cette édition.

Achat indispensable !

2 réponses

  1. Muzan dit :

    Édition annulée malheureusement… Tu as une pièce rare

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.