Posted on

Marion Cochet-Grasset, journaliste dans le magazine Animeland nous a fait le plaisir de participer à cette animathèque idéale.

Voici sa sélection !

Les titres indispensables à avoir

  • Le Château de Cagliostro (Kazé)

Action, humour (amour)… un beau film avec quelques passages mélancoliques. J’aurai pu choisir Nausicäa de la vallée du vent. Tous deux sont particuliers à mes yeux.

  • Nadia, le secret de l’eau bleue (Dybex)

Gainax x Jules Verne, tout simplement.

  • Noir (Dybex)

Un anime polar au rythme lent, qui m’a plu tout de suite à l’époque, sans que je sache vraiment expliquer pourquoi. Mention spéciale aux décors, sublimes, et à la musique de Yuki Kajiura.

  • Vision of Escaflowne (Dybex)

Difficile de choisir, j’étais à deux doigts de mettre Neon Genesis Evangelion et je me suis rendue compte qu’aucun coffret Blu-ray n’était dispo légalement ici (je n’ai moi-même qu’une version DVD, mes VHS enregistrées sur Canal+ sont mortes depuis longtemps).

  • Cowboy Bebop (Dybex)

L’incontournable. Mon penchant SF est plus qu’évident, mais je l’assume.

Les titres rêvés

  • Macross Plus (et Macross en général)

Bon, il faut être honnête, ça a vieilli ! Ce n’est pas le titre le plus évident à faire découvrir aujourd’hui mais c’était ma première découverte de l’univers Macross (qui pourtant n’a rien à voir avec les autres titres de la licence ; c’était avant que je découvre Macross – Do you remember love), j’y suis attachée. Et puis cette B-O de Yôko Kanno (et Akino Arai) !

  • Tokyo Godfathers

L’équilibre parfait entre une histoire touchante et complètement déjantée. Une pépite que je regarde tous les hivers (s’il neige, c’est encore mieux !), un film humain très différents des autres titres de Satoshi Kon.

  • Utena, la fillette révolutionnaire

Pour continuer sur les univers barrés : ici avec un scénario complexe et des thèmes forts. Malgré quelques longueurs, cet anime vaut le détour.

  • Ranma ½

Un classique ! Rien à ajouter 🙂

  • Final Fantasy, Legend of the Crystals

J’en garde un beau souvenir, et j’aimerai vraiment pouvoir revoir les OAV ! Je serai probablement déçue, c’était tout juste divertissant à l’époque mais il faut dire qu’avec les années, les trouver est devenu mon « Graal ».

2 Replies to “L’animathèque idéale par Marion Cochet-Grasset”

  1. Les oav de Final Fantasy font parties du top des flops, même à l’époque, elles étaient unanimement saluées pour leurs médiocrités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *